Accueil Portraits Portrait:Gaël Kamadeu: altruiste et paternaliste au nom du flashage

Portrait:Gaël Kamadeu: altruiste et paternaliste au nom du flashage

5 min read
0
0
230

Il cumule 12 années d’expérience professionnelle dans les métiers de l’infographie et du flashage. Pour lui, sa pratiqué recommande beaucoup de discipline personnelle et un esprit de créativité.

Ce jeudi, Midi vient de passer. Clovis Donfack, un imprimeur de la ville de Douala, fait son entrée dans l’atelier de flashage que tient Gale Kamadeu, légèrement au-dessus de la trentaine. Le regard figé sur un ordinateur Imactouch, le maitre des lieux suspend toutes conversations. Et se met au travail, tout souriant. Première phase du travail : enrichir les fichiers informatiques transmis par le client en leur apportant les corrections typographiques, orthographiques ou colorimétriques… Ensuite, c’est la mise en pages sur écran : il s’agit de numériser les photos, les illustrations, les logos. Puis, de caler les textes et les images, de sortir les épreuves, de produire des films pour l’insolation.
Homme aux contacts faciles
Entièrement informatisé, le métier nécessite aussi la maîtrise de plusieurs logiciels complexes de publication assistée par ordinateur (Pao). En moins de 30 minutes, il a fini son exécution. Et Donfack est satisfait. »Je l’ai connu depuis 2008. Il n’était pas performant comme maintenant. Avec le temps, il a affiné ses techniques de travail. Il est concentré, rigoureux, organisé, résistant au stress, rapide, a une bonne capacité à travailler dans l’urgence, sait s’adapter à chaque produit, possède une curiosité naturelle, est autonome et créatif. Son altruisme et son élan relationnel, ont favorisé notre collaboration. Au-delà d’être professionnel, elle est devenue amicale », explique-t-il. Parce qu’il ne réalise jamais deux fois le même document, l’opérateur prépresse doit s’adapter en permanence pour travailler sur des produits parfois très complexes.
Bien se former
Titulaire d’un baccalauréat A4 au terme d’un séjour au collège Dauville à Douala, Gaël Kamadeu, s’est formé pendant deux années en infographie. Parallèlement, il a suivi un cursus en communication des entreprises en vue de l’obtention d’un Brevet de technicien supérieure (Bts). Il a suivi plusieurs stages chez des operateurs installés. Installé en partenariat comme promoteur depuis moins de trois années, il trouve que le métier nourrit son homme. Mais, il conseille aux jeunes de prendre la peine de bien se former avant de chercher à gagner de l’argent. Pour lui, il ne faut point disposer d’un gros diplôme pour devenir infographe flasheur ou exercer un métier de la prépresse. Savoir imaginer et créer une identité graphique, être créatif, innovateur, logique, rigoureux et méthodique et disposer d’une capacité à s’adapter à des milieux et à des interlocuteurs différents et capacité de se tenir informé de l’évolution de son environnement et d’actualiser ses connaissances et de s’auto-former régulièrement font parties des prédispositions qui favorisent la formation et de l’insertion du postulant aux métiers de l’imprimerie et de la prépresse.
GMD

  • Leo Chatelain:le contre-pied

    Il est finalement beau ce match. Il déchaîne toutes les passions, les plus belles, les plu…
Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Portraits

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…