Accueil Politique Point de vue : METTRE FIN AUX TUERIES AU CAMEROUN OCCIDENTAL Dr Simeon Nkuissu sort de sa réserve et se prononce sur la crise anglophone. L’ancien secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (Upc) invite les uns et les autres au dialogue.

Point de vue : METTRE FIN AUX TUERIES AU CAMEROUN OCCIDENTAL Dr Simeon Nkuissu sort de sa réserve et se prononce sur la crise anglophone. L’ancien secrétaire général de l’Union des populations du Cameroun (Upc) invite les uns et les autres au dialogue.

6 min read
0
0
287

Maintenant que le gouvernement détient l’état- major des sécessionnistes, avec tous leurs documents, le Président de la République dispose de tous les atouts pour régler le problème du Cameroun occidental sans effusion de sang.
Il a la possibilité de court-circuiter les différents missionnaires, tous plus inefficaces les uns que les autres, qu’ils avaient envoyés dans les régions du Sud-Ouest et Nord-Ouest au début de la crise, et de recueillir directement ce que veulent les dirigeants sécessionnistes.
Il devra se souvenir que le plus grand stratège est celui qui gagne la guerre sans livrer bataille.
Si on peut comprendre la colère des militaires devant leurs collègues victimes d’attentats meurtriers, on ne peut pas admettre que des villages entiers soient rasés, que des soldats tirent indistinctement et sans sommation sur des villageois. Les raids meurtriers sont poursuivis jusque dans des villages nigérians où se sont réfugiés nos compatriotes fuyants la terreur (près de 40 000 personnes selon le HCR). Si le pouvoir veut punir ceux qui ont tiré sur nos soldats, alors pourquoi tuer les civils innocents ? Si ces faits révélés pas les média sont avérés, cela est très préoccupant. Ce sont exactement les méthodes utilisées par l’armée coloniale française dans les régions notamment de l’Ouest et de Sanaga Maritime contre les combattants indépendantistes de l’UPC. On sait aujourd’hui (voir par exemple les travaux de Deltombe et Tatsita) que pendant la guerre de libération du Cameroun contre le colonialisme français, les destructions de villages, de plantations, les assassinats aveugles des populations dans l’Ouest et la Sanaga Maritime en particuliers, attribués à L’UPC par la propagande coloniale, étaient en réalité l’œuvre de la France. La question effrayante est : le gouvernement camerounais est-il en train d’utiliser contre son propre peuple les méthodes terroristes jadis utilisées par le colon français contre le peuple camerounais ?
Le Président e la République, chef des armées, devrait ordonner la fin de ces tueries, qui au demeurant ne semblent pas nécessaires. Il a le soutien de la majorité des camerounais, y compris des anglophones pour s’opposer à la partition de notre pays. N’y a-t-il vraiment que la guerre pour répondre aux revendications des anglophones qui ne demandent pas tous la sécession ? Ceux qui, comme ce grand professeur sur une chaine de télévision privée affirment que l’Etat a le monopole de la violence sur toute l’étendue du territoire, oublient de dire que l’Etat a aussi l’obligation de protéger ses citoyens. En massacrant les populations indistinctement, on tire aussi sur des adversaires de la sécession, on radicalise les velléitaires, et on crée les conditions pour une guérilla de longue durée. Si la paix et l’unité nationales sont autre chose qu’un slogan creux dans la bouche des tenants du régime, il est grand temps qu’ils défendent cette paix gravement compromise, autrement qu’en semant la mort.

(A la prochaine pour la 2eme partie)

Dr Simeon Nkuissu

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Politique

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…