Accueil Société Ousmanou Njoya ; L’eau potable favorise l’afflux des investisseurs

Ousmanou Njoya ; L’eau potable favorise l’afflux des investisseurs

4 min read
0
0
139

Le maire de la commune de Kouoptamo pense qu’au-delà d’être une source de bonne santé pour les populations des villages concernés, cette adduction en eau potable devra servir de catalyseur pour le développement économique de la localité.
Il s’agit d’une bouffée d’oxygène. Cela va favoriser un afflux des investisseurs et de nouveaux habitants. Depuis plusieurs années, la mairie s’est fixé pour objectif d’offrir des accès à l’eau potable à tous ses habitants et pour toutes les activités pratiquées dans les lieux publics. Elle a engagé une démarche à la fois de réouverture et d’ouverture des points d’eau potable, que ce soit à proximité des bâtiments administratifs et culturels ou des marchés. Les populations ont un accès facilité à l’eau potable dans les lieux publics sur tout le territoire de la commune et toute l’année. Les puits à pompe à motricité humaine sont ouverts en permanence. Le coût d’un puits à pompe à motricité humaine reste peu élevé et la consommation modérée.

La question de maintenance. Comment sera-telle organisée pour pérenniser et rendre durable cet ouvrage ?
Il s’agit d’envisager la gestion des points d’eau. Nous allons budgétiser le cout de maintenance. Il faut que les populations apprivoisent cette œuvre doit être pérenne. Elle doit survivre. L’eau c’est la vie. En absence de l’eau il ya absence de vie.
En matière de gestion communale tout se passe par délibération. Nous allons fait un travail et fixé un cout par menace pour la maintenance. Les utilisateurs directs qui doivent se brancher devront débourser quelque chose. Pour les bornes fontaines publiques. Nous allons laisser les conseillers municipaux statués par voie de délibération.

Comment s’effectuera le contrôle de l’eau ?
Tous les puits des villages offrent une eau potable et de qualité. C’est la même que celle qui coule de nos robinets. Le contrôle de la qualité sera réalisé par un service communal chapeauté par Hugues Romeo Ngougouo, agent de développement communal, en concertation avec les comités de gestion locaux et par le service communal d’hygiène et de santé. Des prélèvements seront effectués chaque année, répartis sur les ressources, les points de production, les réservoirs et les zones de distribution.
Propos recueillis par GMD

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Société

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…