Accueil Politique Mise en place des régions au Cameroun : La leçon inaugurale du Pr Joseph Kankeu suscite des interrogations à Bafoussam

Mise en place des régions au Cameroun : La leçon inaugurale du Pr Joseph Kankeu suscite des interrogations à Bafoussam

6 min read
0
0
346

En présence du gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, le député a focalisé sa communication sur les défis de démocratie, de bonne gouvernance et de promotion du développement local qui pourraient découler à la suite de l’application de ce pan des textes sur la décentralisation. Pour les militants et cadres du parti au pouvoir, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais(Rdpc), le processus de décentralisation est inexorablement en marche au Cameroun. Le décret du 22 février 2019 signé par le Premier ministre et portant répartition de la dotation générale de la décentralisation tout comme les deux lois votés par le parlement et promulgués le 25 avril dernier par le Président de la République traduisent la mise en place effective des régions au Cameroun et légitiment cette conférence initiée par le Pr Joseph Kankeu sur le thème : la mise en place des régions : innovations, interactions et défis. Une question pratique : que deviendra alors le gouverneur de la région face au président du conseil régional ?Invité à une conférence publique initiée par le Pr Joseph Kankeu, député à l’Assemblée Nationale et enseignant au département de droit public et de sciences politiques à l’université de Dschang, Awa Fonka Augustine, gouverneur de la région de la région, a gardé son sang-froid pour répondre à cette question en convoquant le droit constitutionnel comparé. Il pense souligne que les gouverneurs des régions, suite à la mise en place des conseillers régionaux, vont s’occuper des affaires régaliennes de l’Etat. Il s’agit notamment de la diplomation, de la monnaie, des relations extérieurs et, dans une certaines mesures, de la gestion des Finances publiques. Une certaine autonomie, une certaine autochtonie Un ensemble de prérogatives qui impliquent qu’au plan strictement protocolaire, il passera, en sa qualité de représentant du Chef de l’Etat dans la région, avant le président du conseil régional. Un élu qui suivant les dispositions de la loi du 22 juillet 2004 fixant les règles applicables aux régions soulignées par le Pr Joseph Kankeu devrait un autochtone. D’où cette question de Me Tchana :au Cameroun qui est autochtone ?Interpellé en sa qualité de parlementaire, le conférencier répondra en faisant prévaloir l’approche subjective de définition de la nation. Celle-ci privilégie le lieu de naissance à la filiation sanguine. En clair, le Pr Kankeu soutient que non seulement il faut naitre quelque part pour se prévaloir autochtone, mais il faut y résider de « manière permanente », il ne faut pas y « être de passage ». En évoquant les dispositions de la loi du 10 juillet 2009 portant régime financier des collectivités territoriales décentralisées, le Pr Joseph Kankeu fait savoir que le Conseil régional peut amender le budget présenté par l’exécutif, dans le respect des lois et règlements en vigueur. Suivant cette logique l’universitaire rappelle en s’appuyant sur les dispositions de la loi du 22 juillet 2004 portant orientation de la décentralisation le triple défi de la mise en place des régions au Cameroun : promotion du développement local, de la démocratie et de la bonne gouvernance. « C’est un défi en terme de ressources humaines adaptées et efficaces », analyse-t-il. « Au regard du cadre juridique, actuellement en place qui sera progressivement complété et amélioré, il ne fait aucun doute que les conseils régionaux constitueront un outil déterminant dans le développement de nos territoires », conclut-il. Guy Modeste DZUDIE

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Politique

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…