Accueil Politique Microprojets parlementaires : L’honorable Albert Kouinche remet plus de 4000 sacs d’engrais biologiques aux paysans du Koung-Khi

Microprojets parlementaires : L’honorable Albert Kouinche remet plus de 4000 sacs d’engrais biologiques aux paysans du Koung-Khi

8 min read
0
0
336

Député à l’Assemblée nationale et promoteur de la société Express Union Sa, vient de remettre plus de 4000 sacs d’intrants agricoles aux agriculteurs des groupements Batoufam, Bandrefam, Bayangam, Bagangt-Fondji et Bandjoun.
Du rêve à la réalité. Brigitte de Nofé, cultivatrice à Ha’a juste avant la vallée du Noun à Bandjoun figure dans le Top 3 des meilleures cultivatrices de haricot dans la région de l’Ouest. Ce vendredi 18 février, elle n’a pas manqué de témoigner de sa gratitude à l’endroit d’Albert Kouinché, député à l’Assemblée nationale et promoteur de la société de transfert d’argent Expression Sa. « Depuis des années, il nous offre des semences améliorées et des intrants agricoles juste avant la saison des semailles. Ces offres ont contribué à booster notre production agricole et à faire reculer la pauvreté dans nos, rangs. Je suis pionnière dans le Groupement d’intérêt économique de Ha’a-Bandjoun, nos membres, sans êtres tous des militants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais(Rdpc), sont reconnaissants de la démarche positive de l’honorable Kouinché en faveur les populations du monde rural, et principalement les agriculteurs », soutient-elle. Non sans manquer de promettre qu’elle est engagée à remporter lors du prochain comice agropastoral régional, le 1er prix haricot. La conquête de 1er prix arachide fait également partie des visées de cette pionnière du Gic Fébé.
Les engrais favorisent l’augmentation des récoltes agricoles
Rappelons que pour la cinquième année consécutive, le député à l’Assemblée nationale et promoteur de la société Express Union SA, entend contribuer à booster la production agricole dans sa circonscription électorale. C’est ainsi que le 18 février 2018, il a remis plus de 4000 sacs d’intrants agricoles aux paysans de Bandrefqam, Bayangma, Batoufam, Bafang-Fondji et Bandjoun. Chantale Djampou est une cultivatrice bien connue dans la commune de Bayangam. La culture du maïs, des arachides, des pommes de terre et autres cultures vivrières constitue sa principale activité quotidienne. Et elle y tire l’essentiel de ses revenus financiers. Et selon elle, ces gains sont en hausse chaque qu’elle utilise les intrants pour fertiliser ses champs avant ou après les semailles. Car, il est constant que les engrais favorisent l’augmentation des récoltes agricoles quand ils sont utilisés suivant les normes prescrites par des moniteurs agricoles ou des techniciens phytosanitaires. Cette jeune dame croit fort que l’agriculture a de beaux jours devant lui dans le département du Koung-khi.
Le pivot de l’agriculture bio
Elle rejoint ainsi, Albert Kouinche, député à l’Assemblée nationale et patron de la société de transfert d’argent, Express Union S.A. L’élu du peuple sous les couleurs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) a décidé, depuis quelques années déjà, de faire de la lutte contre la pauvreté le pivot de son déploiement sur le terrain. «Madame le préfet m’a informé que ces intrants aident véritablement nos agriculteurs. J’ai appris qu’au comice agropastoral régional, le département du Koung-khi a évolué de la dernière position occupée régulièrement par le passé, pour se hisser à la quatrième place. Ce qui est un bond encourageant», se réjouit-il ce vendredi 18 février 2018 face aux cultivateurs de sa circonscription électorale. Il témoigne dans ce sens sa satisfaction suite à remise des intrants agricoles par ses soins personnels, depuis quatre éditions déjà, aux cultivateurs de la localité. Au bénéfice des agriculteurs organisés en groupement d’intérêt communautaire (Gic) des trois communes du département du Koung-khi, 4000 sacs d’engrais ont été gracieusement distribués ce jour.
«Au départ, il y avait beaucoup plus de femmes, et certaines s’empressaient de revendre ces dons une fois en leur possession. Elles ont compris l’utilité de ces fertilisants biologiques qu’on appelle communément fientes, et s’en servent tellement si bien que je constate que les hommes se sont mis dans les rangs pour eux aussi, recevoir ces intrants agricoles. Ils ont tous raison, et vont le constater à la suite de leur labeur, en comprenant les propos du chef de l’Etat qui encourage les populations rurales à la pratique des activités agropastorales», conclut l’autorité administrative.
Guy Modeste DZUDIE

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Politique

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…