Accueil Société Lycée bilingue de Foumban :Mode opératoire des assassins du proviseur Charles Etoundi

Lycée bilingue de Foumban :Mode opératoire des assassins du proviseur Charles Etoundi

7 min read
0
0
535

Les éléments de la division régionale de la police judiciaire de l’Ouest à Bafoussam, ont traqué les assassins de cet enseignant, trois semaines après leur forfait. Salam le chef de gang est toujours en fuite.

« Même après avoir reçu l’argent, ils ont poignardé le proviseur qui est mort à Bafoussam.»Une image forte, une image insoutenable pour les membres de la famille de Charles Etoundi, proviseur du lycée bilingue de Foumban assassiné juste après trois semaines de service. Trois éléments du gang pilotés par un certain Salam-toujours en fuite-ont été interpellés par les policiers en date du 14 octobre 2014. Ces bandits ont été arrêtés le 14 octobre par les éléments de la PJ de Bafoussam qui mène l’enquête. La criminalité va-t-elle reculer dans le département du Noun à la veille des fêtes de fin d’année 2017 ? On pourrait répondre à cette question par l’affirmative. Car grâce à la collaboration des populations des grands redoutables opérant dans la ville de Foumban et ses environs sont en voie de démantèlement. C’est ainsi que Chandini Théophile Cyrille (25 ans), Fendoum Mapoure Michel (22 ans), Moulioum Serges Daniel  (31ans) ont été présentés au public de la ville de Foumban le mardi 31 octobre dernier. Présumés assassins du proviseur du lycée bilingue de Foumban dans la nuit du 22 au 23 septembre 2017, ont été interpellés suite aux enquêtes menées et diligentées par les fins limiers de la division regionale de la police judiciaire de l’Ouest à Bafoussam. Des policiers placés sous l’autorité du commissaire de police principal, Oumarou, ont mis à contribution le renseignement civil pour retrouver les marques des bourreaux du proviseur Etoundi. De source policière, les deux premiers présumés malfrats  ont été interpellés dans la ville de Foumban. Ils se refugiaient chez un certain Chandini Théophile Cyrille. Pour recel de malfaiteurs et détention illégale d’arme celui-ci pourrait être aussi inculpé par le procureur de la République prés des tribunaux de Foumban. M. Chandini gardait l’arme qui aurait servi à l’assassinat du défunt proviseur du lycée bilingue de Foumban. Cette arme portait des indices du crime, notamment des traces de sang. Il est à noter que celui-ci est en outre le frère cadet de Sallam, le chef du gang qui demeure recherché. Précisons que Moulioum Serges Daniel  est un repris de justice. Il  vient de sortir de prison où il a séjourné pendant 10 ans pour vol aggravé et tentative d’assassinat. Il a été interpellé vers Nyeté dans la région du Sud au moment où il tentait de fuir vers un pays voisin.

Reconstitution des faits

Avant d’avoir assassiné M. Etoundi, la bande à Sallam n’avait point chômée cette nuit du 22 au 23 septembre 2017. Le boutiquier « Tommy », commerçant à la réputation établie figure sur cette liste comme première victime. Epié et suivi sa boutique a été dévalisée et il a reçu un coup de poignard. Par la suite, les malfrats en question ont poursuivi leur sale besogne en s’acharnant contre le Dr Kueté, médecin chef de l’Hôpital de district de Foumban. Le véhicule de celui-ci a été saccagé. Question de clore ce festival criminel, ils ont mis le cap vers le lycée bilingue de Foumban. « Ils sont entrés par l’arrière et ont attaché les trois gardiens en rappelant à ces derniers en langue Bamoun qu’ils ne risquent rien s’ils se laissent faire, en précisant que leur but est de s’attaquer à d’autres personnes qui s’enrichissent facilement à Foumban. C’est là qu’ils sont allés chez le proviseur Charles Etoundi qui vit au sein du Lycée. Ils ont recouvert son épouse, violenté ses enfants pour pousser le proviseur à leur donner les caisses du lycée », rapporte-t-on. La suite, le chef d’établissement violemment poignardé est décédé à l’hôpital régional de Bafoussam quelques heures plus tard.

Guy Modeste DZUDIE

 

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Société

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…