Accueil Politique Les 18 qui ont marqué l’Ouest en 2018, Série 01- Politique 5-Patricia Ndam Njoya : porte flambeau des élues de l’Udc

Les 18 qui ont marqué l’Ouest en 2018, Série 01- Politique 5-Patricia Ndam Njoya : porte flambeau des élues de l’Udc

4 min read
0
0
127

Députée de l’Union démocratique du Cameroun, Patricia Ndam Njoya ne rate jamais une occasion pour faire entendre la voix et les voies de cette formation politique pilotée par le Dr Adamou Ndam Njoya. Après s’être investi pour la fête du café dans le Noun, il a trouvé de l’énergie pour réagir suite à l’attaque subie par la localité de Bangourain fin 2018. En effet, le dimanche 23 décembre 2018, des individus sans foi ni loi non identifiés, s’étant présentés aux populations sinistrées et terrorisées comme étant des « Amba boys », ont attaqué les quartiers Mekiéfu et Nchoutpa à Bangourain. Tirés brutalement de leur sommeil vers 1H du matin, jusqu’à 5H voire 6H, les populations ont subi une terreur inouïe : hommes, femmes et enfants forcés à voir leurs maison disparaitre en fumée,  forcés à répéter ce que ces personnes leur intimait de scander, forcés à les suivre par la suite jusqu’à leur abandon en pleine brousse…Près d’une centaine de maisons ont été brûlées, des biens emportés, plusieurs personnes maltraitées, et blessées, un chef de famille tué impitoyablement laissant ainsi dans l’émotion et la désolation, ses épouses et  enfants. Le 24 décembre 2018, les  Elus du Noun sous la conduite de Patricia Ndam Njoya, après une réunion de crise tenue à ce sujet la veille le 23, c’est-à-dire le jour même qu’ont eu lieu ces exactions, sont descendus sur le terrain pour constater avec amertume les dégâts énormes qu’ont engendrés ces actes cruels et inhumains. Eu égard à cette situation  préoccupante, ils demandent Gouvernement d’accorder une attention particulière et immédiate afin de permettre à ces populations pratiquement livrées à elles mêmes de pouvoir compter sur une présence des forces de l’ordre  et de prendre des mesures urgentes et adéquates afin de sécuriser plus encore ces localités dont les risques d’attaque à répétition au moment où nous faisons cette déclaration, sont en alerte maximale du point de vue des menaces persistantes pesant encore sur   les populations locales et leurs biens, population qui, aujourd’hui trouve mieux de quitter les lieux.

Guy Modeste DZUDIE

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Politique

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…