Accueil Economie Les 18 qui ont marqué l’Ouest en 2018, Série 01- Politique 3-Dr Siméon Kuissu :le retour du vétéran de l’Upc

Les 18 qui ont marqué l’Ouest en 2018, Série 01- Politique 3-Dr Siméon Kuissu :le retour du vétéran de l’Upc

6 min read
0
0
112

 

Médecin aux Cliniques universitaires les Montagnes à Bangangté, Dr Siméon Kuissu politiquement engagé sous le label de l’alliance patriotique est sorti de sa réserve en 2018 pour dénoncer les manquements des uns et des autres dans le cadre de la gestion de la crise dite anglophone. Il a énoncé quelques pistes de solutions basées sur le dialogue comme vecteur de réconciliation. Pendant la campagne de l’élection présidentielle du mois d’octobre, il a ouvertement pris fait et cause pour le Pr Maurice Kamo du Mrc. «L’action politique que mènent  les militants progressistes camerounais a pour but le parachèvement des indépendances truquées du 1er janvier 1960 et du 1er octobre 1961, en vidant ce contentieux historique pour enfin permettre à notre pays de commencer à travailler à la satisfaction des besoins de ses citoyens. Avec mes camarades de la direction de l’Union des Populations du Cameroun, tant en exil qu’une fois rentré au pays en 1991, j’ai contribué à cette action pour ce qui me concerne depuis l’assassinat du président Ernest OUANDIE en 1971. On peut dire aujourd’hui qu’elle a eu un premier résultat en 1991 avec l’avènement du multipartisme. Mais le RDPC de M. BIYA, continuateur de L’UNC de M. AHIDJO  a vidé cette conquête de sa substance en s’opposant à toute initiative citoyenne, interdisant ainsi le jeu démocratique normal. » Voilà la substance de l’appel de Dr Siméon Kuissu, médecin et figure forte de l’opposition camerounaise dans les années 1992 en sa qualité  de secrétaire général de la faction de l’Union des populations du Cameroun (Upc) reconstitué au congrès «interdit» de décembre 1991 à Tocket-Bamougoum. A travers une correspondance signée le 21 septembre 2018, il le  présente comme l’un des dignes « héritiers idéologiques » d’Ernest Ouandié. Il est autant confortée dans son option que lors de l’élection présidentielle d’octobre 1992, lui et le Pr Kamto avait travaillé pour le triomphe de la candidature de Fru Ndi dans le cadre de l’Union pour le Changement. Pour le Dr Kuissu, c’est le candidat apte à parachever le combat des pères fondateurs de l’Upc pour l’indépendance totale du Cameroun. «Par son courage, son patriotisme et son sens de l’intérêt général, Maurice KAMTO montre qu’il est le leader de cette dynamique gagnante. L’application de son programme politique permettra au Cameroun de reprendre sa marche en avant.J’entends déjà ceux qui diront que KUISSU soutient son frère de tribu. C’est une basse critique, totalement nulle et de nul effet. Faut-il écarter un bon candidat pour la seule raison qu’il serait bamiléké ? PAUL BIYA était-il bamiléké en janvier 1983 quand j’avais donné une conférence de presse au nom de l’UPC à Paris pour le soutenir ? Il parlait alors de rigueur et moralisation ! », explique-t-il. Une option contredite par Dr Madeleine Tchuinté et autres dignitaires du Rassemblement démocratique du peuple camerounais. Ceux-ci estiment que l’Ouest ne doit pas suivre les pas de l’opposition pour être victime de marginalisation comme elle l’a été de 1992 à 2002.

Guy Modeste DZUDIE

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Economie

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…