Accueil Politique Le Rdpc Ouest condamne la demarche de Pr Maurice Kamto

Le Rdpc Ouest condamne la demarche de Pr Maurice Kamto

7 min read
0
0
130

Depuis que le Pr Maurice Kamto, candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) revendique sa victoire à la dernière élection présidentielle, des contradicteurs se signalent notamment dans les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). Ainsi le Candidat du MRC subit les foudres des dignitaires du Rdpcà l’Ouest. Ils ont interprété son action comme un appel aux émeutes. Cette classe politique Camerounaise a été quasi-unanime à reconnaitre le caractère illégal et subversif de l’autoproclamassions du Candidat Maurice KAMTO. Une source interne nous a confié que le professeur candidat subit actuellement des pressions de part et d’autre qui pourraient le pousser à lâcher prise dans les prochains jours. Ci-joint la copie de la déclaration finale de la commission régionale de campagne du Rdpc à l’Ouest. Elle est signée depuis le 09 octobre 2018 par Ibrahim Mbombo Njoya, sultan Roi des Bamoun et chef de la délégation permanente du comité central du Rdpc à l’Ouest.« Au lendemain de l’élection présidentielle du 07 octobre 2018, et alors même que les opérations de recensement des voix venaient à peine de commencer, l’un des neuf candidats à cette élection, M. KAMTO Maurice, s’est auto – proclamé président de la République élu et a incité les camerounais au soulèvement populaire.
Il s’agit là d’un acte d’une exceptionnelle gravité qui révèle un manque de maturité politique et un déficit de patriotisme. Par-dessus tout, il trahit une fébrilité et une soif de pouvoir incompatibles avec la dignité, la pondération et le calme qu’on est en droit d’attendre d’un candidat à a magistrature suprême »,justifie-t-on dans déclaration. Et de poursuivre: »Face à cette violation délibérée et inadmissible des lois de la République par un ancien Ministre Délégué auprès du Ministre de la Justice, nous demandons à nos militantes et à nos militants de faire confiance aux institutions chargées de gérer le processus électoral, car personne ne volera les suffrages qu’ils ont exprimés en toute liberté et en toute responsabilité.Nous demandons aux fils et filles de l’Ouest, qui ont payé au prix fort les péripéties d’une douloureuse histoire, de rester calmes et d’attendre sereinement la proclamation des résultats officiels par le conseil constitutionnel.Nous demandons particulièrement aux jeunes de ne pas se laisser manipuler par une personne peu soucieuse de leur sort, et qui n’est mue en réalité que par une ambition personnelle et un égo surdimensionné. » « Au peuple camerounais dans son ensemble – qui est déjà confronté à des défis sécuritaires menaçant notre intégrité territoriale – nous donnons l’assurance que personne n’instrumentalisera les fils et les filles de l’Ouest pour porter atteinte à notre précieux héritage de paix et de stabilité si chèrement acquis, que nous sommes prêts à défendre jusqu’au dernier souffle », conclut-on au niveau de la délégation permanente régionale du comité central du Rdpc à l’Ouest.
Il y a trois jours, c’était au tour des chefs supérieurs du NDE, de condamner avec fermeté les actions du candidat du MRC. Leur déclaration signée par le Roi des Bazou, Tchoua Kemajou, est clair et sans ambages : » Nous condamnons avec la plus grande énergie cette sortie médiatique d’un homme peu soucieux de la préservation de la paix , de l’unité nationale, de la stabilité, indispensables à la consolidation de notre démocratie et développement harmonieux de notre pays. Invitons instamment nos populations, nos fils et filles ou qu’ils se trouvent à se désolidariser de la grossière et ténébreuse manipulation vers laquelle nos ennemis veulent nous conduire, en suscitant habilement des affrontements entre Camerounais ».
Synthèse de Guy Modeste DZUDIE

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Politique

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…