Accueil Société guerre des réseaux occultes et tribaux sévit à la commune de Bandja

guerre des réseaux occultes et tribaux sévit à la commune de Bandja

10 min read
0
0
394

Election au poste de maire

La guerre des réseaux occultes et tribaux sévit à la commune de Bandja

Description : Afficher l’image source

L’élection prévue en date du 25 février dernier a été reportée au mardi 03 mars prochain. Le respect du genre par l’intégration d’au moins une femme dans l’exécutif communal et la résidence permanente de l’un des membres de cette instance font partie des exigences.

Cette fin de semaine n’a pas été facile pour Luc Ndongo, préfet du département du Haut-Nkam. Mis sous pression par certains membres des clans tribaux et réseaux occultes qui se battent pour imposer un des leurs à la tête de la commune de Bandja, il ne sait plus à quel saint se vouer et semble regretter le fait d’avoir interrompu, suite à un appel téléphonique, le processus amorcé la semaine dernière, conformément à la loi et aux instructions du ministre en charge de la Décentralisation et du développement local.

Reste que suivant la logique, de manière formelle et dans le stricte respect des dispositions légales notamment les articles 199 et 200 de la loi portant code générale des collectivités territoriales décentralisées, tous les 25 conseillers issus des rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) sont appelés à se réunir en session de plein droit sous la présidence du doyen d’âge du conseil, en présence du représentant de l’Etat, le préfet territorialement compétent.

Barthélemy Djimgou, maire sortant et candidat à sa propre succession est crédité du soutien de certains chefs traditionnels de la localité. Mais, il plaide sa cause en présentant un bilan positif en termes de réalisations pour l’amélioration des conditions de vie des populations et sa capacité à être un vecteur d’intégration et de cohésion sociale.

Mvog-meka’a II

Le registre des réalisations de Barthélemy Djimgou à la tête de la mairie de Bandja affiche l’adduction en potable au centre urbain de Bandja, la construction des bâtiments modernes dans plusieurs marchés périodiques de cette commune, l’entretien régulier de plusieurs pistes rurales, les créations des jardins et espaces verts communaux et l’appuis aux lycées et écoles publics puis la construction des ponceux et dalots sur certaines routes. A cet effet, il a été plusieurs fois sacré meilleurs maires du Cameroun par le jury du prix de l’excellence africaine. En plus, la loyauté et la fidélité de son village d’origine Fondjomekwet à l’endroit de Paul Biya et du Rdpc depuis les années de braise sont des atouts sur lesquels il s’appuie ; Etant donné qu’il été de tous ls combats du Rdpc qui ont permis que ce village soit baptisé « Mvogmeka’a 2 ». Elie Kamga, président de la section du Rdpc dans le Haut-Nkam Nord à Bandja, trouve que le bilan de Barthlemy Djimgou n’est pas éloquent. Il croit pouvoir mieux faire. Pour ce, il brandit des actions menées par ses soins sous le couvert de l’association dénommée Cap Zone Rural. La réalisation d’un forage mis à la destination des populations de Basseu et l’animation sociale et culturelle des jeunes de la localité à travers la pile des activités de cette organisation qui se déploie dans le cadre de la coopération Suedo-Camerounaise fait partie de ses arguments de séduction. Il envisage des partenariats avec des communes Suedoise dans le cadre de la coopération internationale décentralisée. Egalement, il estime qu’il est temps qu’un fils de Bandja et résident permanent occupe le fauteuil de maire  titulaire.

Maire résident ?

Description : Afficher l’image source

 Grace à cet argument, il se croit plus légitime que ses adversaires…Seulement, il semble ne pas être soutenu par le Roi des Bandja, le Fo’o David Romain Tchoupé. Contrairement à Mbomgnin Gabriel, très appuyé par le Roi des Fotouni, David Final Fondjo.

 Maire de la commune de Bandja entre 2002 et 2013, celui-ci prépare son comeback.  Et brandit des actifs du passé telle la construction de l’hôtel de ville de Bandja et de nombreuses actions pour la promotion du sport dans la commune.Son absence et sa non implication dans les affaires locales du Rdpc depuis son retrait en 2013 semble jouer en sa défaveur, surtout auprès de la hiérarchie locale et nationale du Rdpc. Et pourtant, sa posture de milliardaire…

Description : C:\Users\LANDRY DJOUKWET\AppData\Local\Microsoft\Windows\Temporary Internet Files\Content.IE5\YFNVVAUL\Prefet_Hautnkam28022020.jpg

Suite à une instruction téléphonique reçue au moment où il présidait la session de plein droit en vue de la désignation du maire de la commune de Bandja le mardi 25 février dernier, Luc Ndongo, préfet du département du Haut-Nkam, après s’être concerté avec M. Kouemo, mandataire du comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais(Rdpc),  a suspendu les travaux au motif que l’aspect genre n’était pas respecté. Il a indiqué par la suite, la convocation d’une autre séance pour le mardi 04 mars 2020. Mais les vrais raisons seraient ailleurs, surtout que le principe de la confidentialité des votes aurait été violé lors des primaires. En effet, conseillers sont accusés d’avoir-en collusion avec le candidat au poste de maire, Gabriel Mbomgnin, sommé des conseillers municipaux à retourner avec les bulletins de votes du Maire sortant, Gabriel Djimgou. Autre motif évoqué par les observateurs de la scène politique locale serait l’insoumission de sieur Gabriel Mbomgnin aux instances locales, départementales et nationales du Rdpc.

Leroy Teledjoun   

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Société

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…