Accueil Société Fait divers : un gendarme décapité à Massagam

Fait divers : un gendarme décapité à Massagam

6 min read
0
0
88

L’adjudant a été lynché par les populations pour avoir tiré et tué son rival. La scène inédite s’est déroulée le 02 janvier 2020. La population s’est ruée sur l’un des gendarmes. Après lui avoir ôté la vie, elle a décapité son corps. La scène s’est déroulée aux alentours de 14h, ce vendredi 3 janvier 2020, dans l’arrondissement de Massangam, département du Noun. Selon un témoin joint par La Voix Du Koat, Tout commence dans la nuit du 1er dans le plus grand snack de Massangam. «Le jeune homme était dans le snack avec la prostituée. Le gendarme a agressé le monsieur, s’en est suivie une bagarre. Le gendarme et ses collègues ont profité pour rafler les gars et les mettre en cellule. Mais le jeune homme qui discutait la prostituée avec le gendarme s’est enfui.» Ce vendredi, trois gendarmes ont débarqué dans la concession du jeune homme
Le jeune homme tué par les gendarmes à Massangam.
En riposte, la population s’est ruée sur l’un des gendarmes, l’adjudant Nfokou qui était jusqu’ici l’adjoint du commandant de la brigade de Massangam. Après lui avoir ôté la vie, elle a décapité son corps. La scène s’est déroulée aux alentours de 14h, ce vendredi 3 janvier 2020, dans l’arrondissement de Massangam, département du Noun.

Selon un témoin joint par La Voix Du Koat, Tout commence dans la nuit du 1er dans le plus grand snack de Massangam. «Le jeune Yaya était dans le snack avec la prostituée. Le gendarme a agressé le monsieur, s’en est suivie une bagarre. Le gendarme et ses collègues ont profité pour rafler les gars et les mettre en cellule. Mais le jeune homme qui discutait la prostituée avec le gendarme s’est enfui.» Ce vendredi, trois gendarmes ont débarqué dans la concession du jeune homme. Ce dernier était absent, comme l’a fait savoir son géniteur aux gendarmes.

Sur insistance des autorités, le papa va joindre son fils au téléphone et l’informer de la présence des forces de maintien de l’ordre à leur domicile. C’est ainsi, raconte notre source, que Yaya quitte le marché où il se trouvait, et retourne, hélas pour la dernière fois chez lui.

«Quand il est arrivé, les trois gendarmes qui l’attendaient l’ont roué de coups et quand il a voulu se défendre, un gendarme lui a tiré dessus, à bout portant. Il est mort sur le carreau.» La concession n’étant pas loin du marché, la population a accouru. Elle n’a pas pu contenir sa colère. «Les riverains ont combattu les gendarmes et ont battu à mort le gendarme qui a tiré le coup fatal –l’adjudant Nfokou, ndlr-. Quand il est mort, certains ont pris la machette et ont décapité le corps.» Les riverains ont par la suite lancé une chasse à l’homme, question d’en découdre avec tous les gendarmes de l’arrondissement. Deux camions avec à son bord les militaires du Bataillon de Koutaba (environ 150km de Massangam), descendent en ce moment sur les lieux pour calmer les tensions. La belle de nuit quant à elle a su prendre la clé des champs.

Valgadine Tonga (source:la voix du koat)

Relations conflictuelles avec les civils ?
Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Société

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…