Accueil Uncategorized Elie Ngompé : « C’est une phase de développement personnel »

Elie Ngompé : « C’est une phase de développement personnel »

5 min read
0
0
115

Quel est votre état d’esprit à quelques heures de la clôture de l’édition 2018-2019 du festival culturel Nekieng-Nyang-Nyang à Bafoussam ?

Ce festival constitue un espace de cohésion de la génération. Nous avons célébré l’authenticité de notre culture pendant deux mois. Cette première  édition a comblé nos attentes. Elle a été riche en symboles. Tout le village s’est mobilisé. La finalité première du rite est d’habituer le jeune de Bafoussam à 
l’endurance, au courage, à l’abnégation et au stoïcisme dont l’aspect 
culturel est rehaussé par les sacrifices que l’initié doit consentir pour affirmer sa masculinité Nous tenons à dire merci aux enfants Fussep pour ce retour aux sources. Nous tenons au respect de ce que faisait nos parents. Nous devons l’inculquer à nos enfants. Vous avez vu cette jeunesse mobilisée à la place des fêtes de la chefferie pendant des semaines. Elle s’est montrée engagée à travers ses pas de danse. Cet élan traduit le dynamisme du peuple Bafoussam. Nous devons les amener à comprendre que le respect des lois ancestrales fait partie des choses à appliquer pour réussir dans la vie. Les déviants qui agressent les femmes et les étrangers se mettent en marge des lois et rites du Nyang-Nyang. C’est une école d’endurance et de vivacité. C’est un moment om l’on s’entraine pour devenir guerrier du village.  Nous lançons  un appel à l’endroit de tous. Nous les donnons rendez-vous afin que l’édition 2018-2019 de ce festival qui se clôture le dimanche 24 février prochain connaisse un impact significatif et positif. Rien n’a été négligé. Au plan traditionnel ou protocolaire, les choses sont déjà calées.

Quelle particularité pour cette édition placée sous votre responsabilité ?

L’on a assisté  à un réel brassage entre les jeunes et les vieux. Egalement, les jeunes ont communié entre eux. Au sujet de l’initiation des jeunes au Nekieng, il s’agit d’une courroie de transmission 
générationnelle. Il y a les patriarches, les jeunes 
et les adultes. Les aînés transmettent une manière d’être et de vivre 
à ici chez nous à Bafoussam. Cette cérémonie initiatique est un 
véritable test pour permettre aux jeunes leur intégration dans la 
classe des adultes en leur conférant qualité et dignité. Elle leur 
donne, s’ils y réussissent, le pouvoir de prendre part aux décisions 
concernant la vie de la communauté. La particularité de ces sociétés 
sécrète, c’est la forte hiérarchisation de leur structure. La puissance et le pouvoir mystico traditionnel s’acquiert étape par 
étape. Une autre façon d’enseigner aux jeunes l’humilité et la 
patience. C’est une forme de développement personnel.

Propos recueillis par GMD

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…