Accueil Ecolo Assainissement: Les travaux engagés par Eric Niat stoppés

Assainissement: Les travaux engagés par Eric Niat stoppés

5 min read
0
0
777

 

Au cours d’une réunion de crise, le préfet du Ndé donne raison à Célestine Courtes Kétcha. Surtout que les bienfaiteurs n’ont pas réalisé d’audit impact environnemental.

Les hostilités entre les affidés de Niat Eric, 4eme adjoint au maire de la commune de Bangangté et ceux de Célestine Courtes Kectha, maire de la commune de Bangangté, ont repris depuis quelques jours. L’objet de la discorde porte sur le projet de toilettes initiées par Eric Niat au nom de la Fondation Niat. En effet, en date du mercredi 1er novembre 2017, cette organisation a lancé des travaux de construction des toilettes dans l’enceinte de l’hôpital de district de Bangangté. Des travaux complémentaires au forage creusé sur ce site par les soins d’un bienfaiteur M.F. Informée, Célestine Courtes Kéctha, maire de cette commune, a pris des dispositions pour faire arrêter ce chantier initié en violation des lois et règlements de la république. L’expression des besoins n’a pas été faite par le médecin chef de cette formation sanitaire ou la présidente du comité de gestion de cet hôpital, Célestine Courtes Kéctha. Autre irrégularité ayant plombé ce projet est le fait que ces initiateurs n’ont réalisé aucune étude d’impact environnemental.  Sommés, les membres de cette association n’ont pas voulu s’exécuter. Le préfet du département du Ndé, Oumarou Haman Wabi, et les services compétents de la mairie sont descendus sur le terrain pour expliquer que le site initiale choisi par cette association ne rentre dans le cadre des formalités prescrites par le plan d’assainissement Bad(Banque africaine du développement), commune et hôpital de district de Bangangté. Ludovic Kejoubia, représentant de la Fondation Niat, a reconnu les erreurs des initiateurs de ce projet de toilette juste à côté de la maternité de l’hôpital de district de Bangangté. De même, il a présenté ses excuses à la mairie. Il s’est par la suite engagé à se conformer au changement du site tel que prescrit par la municipalité et de suivre toutes les étapes de la procédure jusqu’à l’analyse microbiologique de l’eau à l’institut Pasteur de Yaoundé afin d’autoriser que cette eau soit mise à la disposition de l’hôpital. « La municipalité ne peut interdire, ni empêcher tout individu ou groupe d’individus qui concoure au bien-être des populations. Elle doit suivre de tout prés tout projet qui impacte directement sur la vie et la santé des populations de son territoire de commandement. La réorientation de l’ouvrage sur un nouveau site d’implantation avec respect des normes environnementales, optimisation du service et gestion des déchets constituent, entre autres, les exigences à respecter pour la poursuite de ces travaux de construction des toilettes à l’hôpital de district de Bangangté. Rappelons néanmoins que l’hôpital de district de Bangangté ne souffre point d’un déficit de toilette.

Guy Modeste DZUDIE

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Ecolo

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…