Accueil Politique Appui à l’urbanisation de Bafoussam :Du béton compacté au rouleau pour refaire les routes

Appui à l’urbanisation de Bafoussam :Du béton compacté au rouleau pour refaire les routes

12 min read
0
0
620

C’est l’option du comité de pilotage local du projet C2d « Capitales régionales » réuni en deuxième session le samedi 18 novembre 2017 dans la salle des délibérations de cette collectivité territoriale décentralisée. L’entrée principale du marché A sera aussi aménagée.
«Vos routes sont dans un état déplorables et pas à la hauteur du dynamisme des habitants de cette région. Si après deux heures de circulation dans la ville, j’ai mal au dos, quelle sera la situation des personnes qui y circulent au quotidien. Il faut retenir que la marché A sera dotée dans les prochains mois d’une entrée digne de la ville de Bafoussam. L’argent est là. Il est disponible.» Clément Sylvain, directeur-adjoint – responsable pôle Infrastructures à l’agence française de développement (Afd) n’a pas marché ses mots au sujet du délabrement avancé de la voirie urbaine de Bafoussam. C’était lors de la deuxième session du comité de pilotage local du projet C2D tenue le samedi 18 novembre 2017 dans la salle des délibérations de la Communauté urbaine de Bafoussam avec la présence remarquée de Carine F. venue spécialement de Paris. A l’instar de Victor Souob, secrétaire général de la Communauté urbaine de Bafoussam et représentant du délégué du gouvernement de la ville lors de cette deuxième session du comité local de pilotage et de suivi, tous les intervenants du programme à l’instar de Gilbert Soufo, membre de la société civile locale, pensent que les choses vont changer par le canal de cette «coopération fructueuse entre la France et le Cameroun». Pierre Blaise Ango, coordonnateur national du programme C2d « Capitales régionales » au Cameroun abonde dans le même sens : « Nous sommes optimistes. La France promet ce qui est réalisable. L’argent ne suffit pas pour tout. On doit faire l’essentiel.» Surtout que la ville de Bafoussam a besoin de voir sa physionomie changée avant le déroulement de la Coupe d’Afrique des nations (Can) de football en 2019. Car, elle figure sur le registre des villes camerounaises hôtes de cette compétition continentale.
Procédé à un recadrage du Programme d’Investissement Prioritaire
A la suite de ce discours, l’espoir pourrait renaitre chez les habitants de la métropole régionale de l’Ouest, Bafoussam. Après des arbitrages les membres du comité de pilotage local du projet Contrat de désendettement et de développement (C2d) ont, après des études menées par le Cabinet Régis, procédé à un recadrage du Programme d’Investissement Prioritaire (Pip).Pour la réfection des routes de la ville de Bafoussam, la formule du béton compacté au rouleau (Bcr) a été retenue par l’ensemble des membres du comité local. Exposant sur les ajustements au Pip, Joël Kokam, coordonnateur de la cellule locale du suivi du C2D à Bafoussam, a indiqué certains routes ont été exclues du projet à cause de l’insuffisance des moyens financiers disponibles. Pour lui, la somme de 15, 687 milliards de francs Cfa affectée pour la réfection de la voirie urbaine de Bafoussam dans le cadre du C2d doit être disposée pour la réalisation de certaines routes à Béton compacté au rouleau. Les routes Hôtel de ville-lycée bilingue-lycée technique de Bafoussam Canada, lycée technique de Bafoussam Canada, Palais de justice, Carrefour Crédit Lyonnais/SGC-ancienne boulangerie départementale, Hôpital régional et Carrefour auberge et marché « A » sont concernées. La route marché « A », entrée Polyclinique Tagny-stade municipal-1er carrefour évêché-carrefour le maire-gare routière Ndiangdam seront également réhabilitée le cadre du programme C2d. Sont exclus l’aménagement paysagé de la traversée urbaine de Bafoussam, la route Camp-Sable pharmacie Salvia et les bretelles Rue Ecole Normale-Marché Casablanca et Bamendzi-Entrée Groupe III. Les investissements à réaliser au niveau des espaces marchands ont également été réduits en fonction de l’enveloppe financière disponible.
Assurer pleinement les compétences qui leurs ont été transférées

Avec la somme de 557 millions de francs Cfa, l’entrée principale du marché A sera refaite. Il y aura un monument incorporé. Un bâtiment de prestige R+1 sera également construit vers l’entrée Dubaï Center. Au niveau du marché B, il a été retenu la construction de deux hangars. Pour le 1er, les boutiques doivent être disposées au, niveau I et des étals au rez-de-chaussée. Faut-il souligner que lancé le 24 novembre 2014, le projet C2d Capitales régionales est financé par le gouvernement français à travers l’agence Française de développement (Afd). En plus de Bafoussam, il concerne les villes de Bertoua et de Garoua. L’enveloppe globale allouée est d’environ 40 milliards de francs Cfa. Sur le plan socio-économique, comme le soulignait en décembre 2016 Gilles Thibault, ambassadeur de France au Cameroun en visite lors de la première session du comité local de pilotage et suivi du Cd2 Capitales régionales à Bafoussam au mois de décembre 2016, ce projet contribuera, à terme, à renforcer la mobilité urbaine et à contribuer au désenclavement des quartiers, à améliorer l’accès aux services urbains de base, à participer à la création de revenus pour les communautés urbaines, et à améliorer le cadre urbain et l’image de la ville. Sur le plan de la gouvernance locale, il permettra de renforcer les capacités des communautés urbaines pour assurer pleinement les compétences qui leurs ont été transférées.
L’aménagement urbain et de la route durable
Selon les autorités françaises, le projet Capitales régionales est conçu autour de deux composantes principales : les programmes d’investissements prioritaires pour rattraper le déficit des trois villes en matière d’infrastructures de voirie, d’équipements marchands (marchés, abattoirs, gares routières), de services urbains de proximité (eau potable, éclairage public, assainissement) et d’espaces publics (parcs) le renforcement des capacités des maîtrises d’ouvrage pour accompagner les communautés urbaines dans la mise en œuvre des programmes d’investissements prioritaires et par conséquent la gestion municipale des services. Les kiosques à eau sont déjà visibles dans la ville de Bafoussam. En offrant une solution adaptée à chaque problématique en facilitant la maintenance de l’ouvrage, selon Joël Kokam, le béton s’inscrit comme le partenaire incontournable de l’aménagement urbain et de la route durable.
Guy Modeste DZUDIE

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Politique

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…