7 min read
0
0
158

Pour 2019, le maire Ousmanou Njoya compte densifier l’électrification de cette municipalité du département du Noun.
Construction d’un bloc de 02 salles de classe à l’école publique bilingue de Kouoptamo Centre et la construction d’un bloc de 01 salle à l’EP Kouncha font partie des actions de l’exécutif communal de cette commune du département du Noun. En ce début de l’année 2019, le maire Ousmanou Njoya, au-delà de l’assainissement compte se remettre au travail pour la densification de l’électrification rurale et la réfection des pistes rurales. Extension électrique basse tension à Kouopjot sur 1700m, la faisabilité du projet d’extension électrique du Marché Njitapon – quartier Ndouom passant par le CSI de Njitapon au quartier FONKA, l’extension électrique à M4T/BT à NBGETSOUEN 1 et l’extension électrique basse tension à Kouopjot sur 1700ml rentrent dans le volet des activités du chef de l’exécutif communal de Kouoptamo. En rappel, au cours de l’anée2018, le patron de la commune de Kouptamo s’est attelé à construire une dizaine de puits équipés d’une pompe à motricité humaine. Les localités ayant bénéficié de ces ouvrages sont :Kouondja-Njitapon, Loumbouot, Sanka Njitou, Koussoh – Njitapon kouncha, Sanka Mosquée Chanas – Njiemejaja, Koundenardo Njoya. L’école publique bilingue de Kouoptamo centre à NDOUMKAIN Chefferie (Mabouot) a aussi bénéficiée du regard bienveillant du maire de Kouoptamo. Il s’est aussi engagé pour la construction d’un bloc de 01 salle à l’EP Kouncha et l’extension électrique à M4T/BT à NBGETSOUEN 1. L’entretien routier à Njitapon fait partie de ses actions en 2018. Aménagement d’une source à Moripa et la réhabilitation du réseau d’adduction d’eau de Koupara Baïgom sont des actifs à mettre sur le compte de Ousmanou Njoya et de son équipe. Ce maire qui n’a lésiné sur aucun moyen pour faire couler de l’eau potable à Kouoptamo en 2018. Après plusieurs tentatives soldées par des échecs lors des précédentes mandatures des anciens maires de la commune. Donc Ousmanou Njoya croit avoir réussi à contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des populations de Kouoptamo. Car il est de ceux qui pensent que «l’eau c’est la vie ».
Un défi pour renforcer la santé des populations
Les cérémonies de réception technique et provisoire des ouvrages réalisés grâce aux financements du Programme national du développement participatif(Pndp) se déroulent progressivement. Ces réalisations sont appréciées par Zenabou une habitante de la localité. « L’installation des puits à motricité humaine est venue résoudre nos problème de santé. Nous sommes contentes de l’action de la municipalité. Les infections liées aux maladies hydriques vont diminuer. Loin de nous les vagues de fièvres typhoïdes et de paludisme. Les attaques au cholera vont également nous épargner. Nous allons nous battre pour la pérennisation desdits ouvrages », soutient-elle. Les hommes de Kouoptamo saluent aussi cette initiative. Et tirent un coup de chapeau à ce maire au caractère exceptionnel. En fait, Ousmanou Njoya, maire de la Commune de Kouptamo n’est resté les bras croisés en 2018. C’est l’apparence d’une personnalité courageuse, combative, efficace et discrète. « Il n’est pas manipulable mon maire. Il dispose de grandes capacités de travail. Au fonctionnement lent, régulier et persévérant, il sait atteindre ses objectifs en matière de développement local. C’est l’homme des tâches de confiance. La fidélité, la loyauté et le sérieux font partie de ses qualités les plus évidentes», soutient Hugues Romeo Ngougouo, agent communal de développement à Kouoptamo. Sociable et ouvert d’esprit, il n’hésite pas à approcher les gens sans se soucier des différences culturelle, religieuse ou sexuelle. Travailleur acharné au service de l’intégration nationale, il reçoit, informe et encourage à persévérer des personnes en situation de détresse.
Guy Modeste DZUDIE, à Kouoptamo

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Société

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…