Accueil Culture Rites initiatiques et promotion de l’écotourisme

Rites initiatiques et promotion de l’écotourisme

4 min read
0
0
121


Le Fo’oNjitackNgompé de Bafoussam trouve que son groupement peut connaitre une croissance économique locale grâce à l’organisation du festival culturel Nyang-Nyang. Maire de la commune de Bafoussam de Bafoussam Ier, Jules Hilaire FockaFocka, nonobstant le climat parfois conflictuelle entre lui et le Fo’oNjitackNgompé, croit fort que Nyang-Nyang constitue un socle sur lequel sa commune peut s’appuyer pour développer son écotourisme. Il est convaincu que cette réalité s’est affirmé être un segment rentable compte tenu de l’intérêt grandissant du public pour la « nature », la compréhension et l’adhésion aux principes de conservation et de respect des sociétés et environnement d’accueil. René Kamdoum, maire de la commune de Bamendjou à travers le festival initiatique et culturel « Chepan » pense que la démarche écotouristique répond à ces préoccupations, et constitue un défi stimulant pour les opérateurs du tourisme comme pour les acteurs de l’environnement, sinon une opportunité de “réappropriation” de leur milieu de vie par les populations autochtones . Dès lors « la soumission […] nécessaire et incontournable de l’activité touristique aux exigences de protection, de conservation et de gestion valorisante et reproductible de la biodiversité et du patrimoine naturel, historique et culturel, à travers sa compatibilité et sa mise en cohérence avec les réglementations protectrices de l’environnement, est de nature à générer des approches, des stratégies et des comportements nouveaux. Mais ce n’est pas toujours facile. Car à Bafoussam, certains délinquants qui se masquent en noir brillent par ses scènes de violence et d’agression en bande lors des différentes éditions du festival Nyang-Nyang. Ce qui répugne un peu le visiteur. Pour les experts en développement local, «  L’écotourisme ouvre un cadre conceptuel original qui permet d’envisager des démarches renouvelées de développement à partir des revenus issus de consommations touristiques mieux réfléchies et organisées, susceptibles de soutenir des initiatives de développement local s’inscrivant dans un projet global de développement durable. » « Variante douce du tourisme, loin du tourisme de masse, poursuit-on, le champ de l’écotourisme s’étend aux confins du tourisme de nature, du tourisme culturel et des pratiques scientifiques et sportives de plein air. Une définition de l’écotourisme peut être proposée à partir des six points suivants : 1/ nature et culture, 2/ le bien-être des sociétés hôtes, 3/ des touristes responsables, 4/ la participation des sociétés hôtes, 5/ la durabilité, 6/ l’art de la rencontre ».

GMD

Plus d'articles similaires
Plus de Modeste
Plus dans Culture

Laisser un commentaire

Check Also

Dénonciation : Amnesty International épingle le gouvernement Camerounais pour 130 disparus à l’extrême-nord

AMNESTY INTERNATIONAL ANNONCE MÉDIAS 9 MARS 2020 Cameroun. Cinq années d’angoisse pour les…